L’Amour et l’Abeille

ronsard

Une poésie de Pierre de Ronsard « Prince des poètes et poète des princes », figure majeure de la littérature poétique de la Renaissance. Ronsard a tout au long de sa vie goûté à tous les genres et abordé de nombreux thèmes : champêtres, amoureux, philosophiques, politiques. Ses poèmes lyriques  développent les thèmes de la nature et de l’amour, associés aux références de l’Antiquité gréco-latine et à la forme du sonnet.

L’Amour et l’Abeille

Le petit enfant Amour
cueilloit des fleurs à l’entour
D’une ruche, où les avettes
Font leurs petites logeltes.
Comme il les alloit cueillant,
Une avette sommeillant
Dans le fond d’une fleurette,
Lui piqua la main tendrette.
Si tost que piqué se vit,
Ah! je suis perdu, ce dit;
Et, s’en-courant vers sa mère.
Lui monstra sa playe amere :
« Ma mère, voyez ma main,
Ce disoit Amour tout plein
De pleurs, voyez quelle enflure
M’a fait une esgratignure! »
Alors Venus se sourit,
Et en le baisant le prit.
Puis sa main luy a soufflée
Pour guarir sa plaie enflée.
« Qui t’a, dy-moy, faux garçon.
Blessé de telle façon ?
Sont-ce mes Graces riantes,
De leurs aiguilles poignantes ?
— Nenny, c’est un serpenteau,
Qui vole au printemps nouveau
Avecques deux ailerettes
Çà et là sur les fleurettes.
— Ah ! vrayment je le cognois,
Dit Venus ; les villageois
De la montagne d’Hymette
Le surnomment Melissette
« Si doncques un animal
Si petit fait tant de mal,
Quand son halesne espoinçonne
La main de quelque personne,
« Combien fais-tu de douleurs
Au prix de luy, dans les cœurs
De ceux contre qui tu jettes
Tes homicides sagettes.

You must be logged in to post a comment