Comme je gronderai ces ingrates et folles!

l_ame_antiqueLA RUCHE VIDE

Ma ruche est vide, hélas! Les mouches infidèles
Ont fui, qui l’animaient d’un long murmure d’ailes
Et gaîment habitaient leur’petite maison.
Elles avaient pourtant herbe et fleurs à foison
Et limpide rosée, et de mes mains soigneuses
J’apprêtais des festins pour ces laborieuses.
Car elles me donnaient leur miel abondamment
Et ne se lassaient point du doux enfantement.
Hélas! et maintenant la ruche est désertée.
Nul ne leur a fait mal pourtant, par Aristée!
Elles ont fui bien loin, et je crois que les fleurs,
Comme elles n’y sont plus, ont perdu leurs couleurs.
Je les revois encore par les prés, dans les sentes
Elles étaient mon bien et mes filles dansantes.
Ah! mon coeur leur en veut! Pourquoi m’avoir. quitté?,
J’étais leur nourricier, leur gardien respecté,
Leur père! Mais je veux les ravoir ce jour même.
Je saurai bien l’endroit où le vent les essaime
Et quel autre aujourd’hui les loge sous son toit
Et les garde en leur fuite et contre tout bon droit;
Et quand je les aurai, les chères bestioles,

Comme je gronderai ces ingrates et folles!

Élien (Lettres rustiques, V).

L’âme antique / Marc Legrand ; [préf. d’Emmanuel Des Essarts et Emile Gebhart]; Auteur : Legrand, Marc (1865-1908); Éditeur : A. Colin (Paris); Date d’édition : 1896

à lire içi

You must be logged in to post a comment